Nous profitions de cette journée de soleil pour rester à l’extérieur et comme vraisemblablement, il nous est impossible de nous lever tôt, nous attaquons directement par un pique-nique composé exclusivement d’emplettes faites à GS25 (le convenience store de notre immeuble dont je parlais deux articles auparavant). Le choix du lieux où nous sacrifierons nos sandwichs mystères, sera le parc Seonyudo, établi sur un îlot du fleuve Han. Là où une ancienne station d’épuration a brillamment été transformée en jardins où pas moins de 65 882 types de fleurs se côtoient (nombre totalement inventé).

Rassasiés, nous nous en allons gravir le mont Namsan. C’est un abrupte massif verdoyant que l’on dirait sorti de terre, juste en plein milieu de Séoul. Son ascension, bien que facilitée par des marches et une route pavée, accuse sérieusement mes capacités physiques, façonnées par plusieurs années d’inactivité et de junkfood. Laurent, qui lui est relativement sportif, n’a aucun problème et m’attend sagement tout les cinquante mètres. Nous arrivons enfin au sommet, sur lequel est posé la N Seoul Tower, tour de communication à l’extrémité acérée. C’est de son point d’observation à 360°, équipés de bières et d’un seau de popcorns au caramel, que nous admirons une nouvelle fois à bonne altitude, le soleil couchant.

Le jour d’après, nous nous reposons un peu et la fin d’après-midi venu, nous partons a Bucheon, visiter Aiins Park où toutes les plus célèbres constructions visibles à travers le monde, ont été recrées en miniatures. L’endroit, qui tombe en désuétude, offre malgré lui des visions de fin du monde. La nuit arrive lentement, laissant disparaître toutes les imperfections et faisant place à mille lumières artificielles, éclairant arbres et petits édifices, pour proposer une balade un peu plus sympathique. Pour conclure notre visite, nous assistons à un spectacle de magie organisé dans l’enceinte du parc, parmi une petite vingtaine de personnes.
Cette représentation totalement surréaliste, dans ce cadre moribond, nous aura plongé quelques instants dans une bulle hors du temps.

À la base, j’ai trois passions qui se complètent assez bien : la pizza, la weed et Netflix.
Le problème avec des hobbies comme ça, c’est que t’as vite fait d’être à court d’anecdotes quand on te demande ce que t’as foutu de ton week end.

Alors, j’ai créé un site qui laisse croire que je fais quelque chose de ma vie, ce qui me permet d’avoir l’air plus productif qu’en réalité tout en ayant la possibilité de continuer mes occupations favorites dans la tranquillité la plus totale.